Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Corine Madelain

Corine Madelain

Thérapeute holistique Coach Créatrice de l'Oracle de Krystal Reiki Soin Quantique Sophrologie Alès (Gard)

Accomplir ses rêves

Taj-Mahal-Agra-Inde-Fev-2010-copie-1.jpg

Taj Mahal Agra Inde

J’ai découvert Alexandre Peplaw, voyageur photographe passionné, sur Facebook en tombant sur une de ses magnifiques photos par hasard… enfin on dit bien qu’il n’y a pas de hasard. Je me suis sentie attirée par elles. Elles sont toutes magnifiques, pleines de couleurs et de vie et quand je les ai vues je me suis dit : « voilà une personne qui doit réaliser ses rêves » et cela m’a donné envie d’en savoir un peu plus. J’ai donc contacté Alexandre et il a répondu avec plaisir aux questions que je lui ai posées.

Ses photos sont une invitation au voyage, elles donnent envie de voyager aux 4 coins du monde et de faire de belles rencontres.

Personnellement elles entrent en résonance avec mes propres rêves.

J’espère qu’après la lecture de cet article vous aurez vous aussi envie de réaliser vos rêves, de vous accomplir et d’être heureux.

Réaliser ses rêves

On a tous un jour, lorsque l’on était enfant ou même adulte, eu des rêves, des envies, des désirs que l’on souhaitait réaliser. Mais on les remettait toujours à plus tard, au fil des années. Beaucoup ne sont pas passé à l’acte pour x raisons. Certains n’ont eu pas le temps, d’autres pas l’argent, d’autres pas la santé, d’autres se trouvant trop jeunes ou trop âgés, etc…. autant de raisons qui dénotent un manque d’autorisation à vivre pleinement sa vie et à se faire plaisir.

 

Ile-de-Goree.jpg

Ile de Gorée

 

Alexandre Peplaw est l’exemple que l’on peut accomplir ses rêves, tout le monde peut le faire.

A aujourd’hui 36 ans il a déjà voyagé dans 20 pays et il compte partir prochainement pour le Guatemala.

Alexandre a commencé a voyagé à l’âge de 20 ans. Ses parents lui ont donné ce gout pour les voyages, et lui ont inculqué des valeurs telles que l’égalité entre les gens, et les cultures, la tolérance, le partage, il a grandi avec ça.

 «Il y a une grande différence entre partir en vacances à l’hôtel et voyager. Voyager c’est forcément aller à la rencontre, prendre les transports locaux, c’est se déplacer, voilà ça c’est voyager…. Mon 1er vrai voyage : le Maroc, 15 jours en sac à dos à travers l’Atlas, le sud marocain, ça a été le choc de ma vie. Ça a été le jour et la nuit entre un séjour à l’hôtel et un voyage en routard. Les rencontres, les gens, voyager avec les transports locaux, manger là où on veut, rencontrer quand on veut…..»

A partir du Maroc Alexandre a compris qu’il adorait ça et il a continué de voyages en voyages, de plus en plus longs, à explorer le monde. Par choix il faisait des petits boulots en CDD de 5 ou 6 mois afin d’économiser assez d’argent, et profitait dès qu’il le pouvait des moments libres pour partir, 2 à 3 fois par an.

«Ce sont vraiment les voyages qui ont défini ma vie pendant 5 ou 6 ans. Donc par exemple je me décidais pour Madagascar, et bien 6 mois avant j’avais les billets, et pour le boulot, je trouvais avant, tant de mois, mais je ne pouvais pas signer un CDI, je ne voulais pas de toute façon.»

Allée des Baobabs Madagascar

Allée des Baobabs Madagascar

 

Aujourd’hui il a signé un CDI mais il affirme que la sécurité financière n’est pas ce qui est important pour lui, ce sont les voyages. Il a besoin de ça pour être heureux et s’accomplir.

«On s’ouvre encore plus quand on voyage. On apprend des autres mais on apprend de soi forcément donc le voyage amène toute cette philosophie qui nous prend après, et c’est magnifique. J’ai mis l’accent sur les  rencontres, les gens, les peuples, pour moi c’est la priorité lors de mes voyages. Je suis parti au Kenya, en Tanzanie, à Cuba, en Indonésie, au Burkina Faso, à Madagascar, en Inde, au Laos, au Cambodge, et puis dernièrement au Sénégal où ça a été encore des rencontres magnifiques…»

 

Massais-Ambolesi-Kenya.jpg

Massais Ambolesi Kenya

 

Carpe Diem, c’est la citation qu’il aime répéter.

«J’ai conscience de la vie et de la mort, je ne veux pas être négatif, ni triste, on vit chaque jour. Je ne peux pas m’imaginer comme ça et me dire « il faut que je prévois pour plus tard », non parce que si je n’y arrive pas plus tard, si je ne suis pas là, et s’il m’arrive un accident, enfin il y a tellement de choses qui se passent autour de nous, j’ai encore perdu une amie récemment, je pense qu’on est tous concerné par ce qui se passe dans la vie. Voilà j’ai cet espèce de truc concret en moi, ça a toujours été là, du coup j’ai toujours un peu foncé.»

 

Les photos qu’il ramène de chacun de ses voyages sont des fenêtres sur le monde, et certaines personnes vivent leur rêve à travers elles.

«J’ai réalisé des rêves, à travers le sport, les voyages, les photos, et j’entends toujours les gens autour de moi me dire « Wow t’as fait ça, c’est génial ! », alors je me dis « ben faites-le ! ». Je le vois aujourd’hui à travers les photos encore plus, enfin je ne m’attendais jamais que ça ait autant d’impact chez les gens. Il y a des gens qui m’écrivent des choses magnifiques, qui vivent à travers mes photos des émotions incroyables et j’en suis super fier, super touché, mais je dis aussi clairement « les gars il est pour nous tous, le monde, il n’y a pas de souci.»

 

Sourire malgache Mangily pays Vezo Madagascar

Madagascar

Il faut prendre une décision au départ, faire un choix et s’y tenir. Tant que l’on ne prend pas la décision on ne peut que rêver.

«Le petit conseil que je donne aux gens qui n’osent pas partir en sac à dos, ou partir plus longtemps, ou partir dans des pays plus lointains, je leur dis simplement « prends-toi une petite semaine, pose tes enfants chez mamie et c’est possible pour tout le monde, l’argent que tu claques avec les bouteilles de champagne ou les vêtements de marque, pendant quelques mois tu fais attention », il y a plein de petites règles qui peuvent permettre à plein de gens de partir. « Prends le train avec ta chérie, prends un avion, si tu ne peux pas, même en voiture, commence comme ça, et essaye de penser à autre chose qu’à ton travail et qu’à l’argent ».Il faut déjà commencer par des petites choses comme ça, pourquoi pas et après un petit séjour au Maroc d’une semaine, aujourd’hui avec 150 ou 200  euros on peut avoir un billet, là-bas on peut dépenser très peu si on fait attention, je pense que c’est possible pour tout le monde. En tous cas pour ceux qui rêvent de l’Inde, de Madagascar…. prenez un billet 6 mois avant et après vous êtes obligé d’y aller, vous avez votre billet d’avion. Je sais qu’il y a des problèmes financiers. Moi j’ai gagné le smic, ou moins, j’ai chômé même, et je partais quand même, et pourquoi ? Parce qu’il faut se recentrer sur soi, sur les choix qu’on a à faire, ce sont des choix et des priorités, c’est aussi simple que ça. Moi je l’ai fait donc c’est possible, il suffit de vouloir.»

 

On peut décider de réaliser ses rêves n’importe quand, il n’est jamais trop tard.

«Il y a des gens tout d’un coup à 40 ans qui lâchent tout et réalisent un rêve et c’est magnifique. Ça peut être n’importe quel âge, mais faut-il attendre un drame ou des problèmes pour comprendre, prendre conscience que la vie ne tient à rien, que le monde est là, qu’il y a plein de choses qui se passent.»

 

C’est important pour toi la liberté ?

«Oui et elle est multipliée par 1000 en voyage. Il y a une belle phrase qui dit « le voyage c’est le chemin ». Il faut que je voyage sinon je n’existe pas. En voyage je me sens libre, je lâche tout (téléphone, ordinateur…), je me déconnecte et je me sens libre quand je loue au fin fond du Laos une petite moto, je pars 3 jours, je suis tout seul, je m’arrête dans des villages, je dors là où je me trouve… là j’oublie tout et je suis heureux ! Je dis souvent qu’il faut savoir être égoïste dans le bon sens du terme».

Temple-de-Roluos-pres-de-Angkor-Cambodge-nov-2010.jpg

Temple de Roluos près de Angkor Cambodge

 

Quels sont les pays qui t’attirent le plus ?

«L’Ethiopie, le Népal, la Bolivie, et beaucoup d’autres... Ces pays qui n’ont pas oublié leur chemin, qui n’ont pas oublié ce qui est important, la nature, la proximité aux gens et aux choses, la simplicité de la vie, l’originalité, le côté originel.

Ma façon de communiquer ma passion, mon rêve c’est à travers mes photos. Je suis un contemplatif, je trouve beaucoup de choses belles, tout est une découverte et un émerveillement à chaque seconde en voyage.»

 

Réaliser tes rêves contribue-t-il à ton bonheur ?

«Aujourd’hui avoir conscience que j’ai réalisé beaucoup de rêves et qu’il y en a encore beaucoup d’autres à réaliser c’est énorme pour moi, oui ça me remplit. J’en ai pleinement conscience, et je parle du sport, j’ai eu la chance d’avoir beaucoup de titres, j’ai réussi aussi de ce côté-là, c’est un autre sujet, j’ai toujours rêvé de sauter dans le vide et bien je l’ai fait et je me suis donné la chance de le faire encore plus donc j’ai payé une formation pour sauter à 4200 m, c’était exceptionnel, j’ai ressenti la liberté, le vent, le vide, ça a été une de mes grandes sensations dans ma vie, et ces sensations-là je les ai ressenties sur le ring en étant boxeur, en sautant en parachute et en voyageant. Et je souhaite à tout le monde de réaliser ses rêves. Parce que quand on se pose tout d’un coup et qu'on se demande si on est heureux ou pas, il y a tout ça qui peut vous ramener, qui peut vous nourrir. Pour être heureux, pour s’accomplir il faut réaliser des rêves.»

Alors n’attendez pas qu'il soit trop tard pour vous réaliser, commencez aujourd’hui !

Corine Madelain

 

Vous pouvez retrouver Alexandre Peplaw  ici :

https://www.facebook.com/alex.photosdumonde

http://www.flickr.com/photos/alexphotosdumonde

http://www.geniusphotos.com/photographer/Alex

 

   

 

Le-Wat-Pho-le-bouddha-couche-Bangkok.jpg

Le Wat Pho le bouddha couché Bangkok

 

Suggestion de lecture

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article